Bienvenue à la section collaboration de Genealogie.Quebec, où vous pouvez laisser des informations, commentaires ou poser des questions et recevoir des réponses d'autres membres de la communauté. Lorsque les informations d'une note seront compilées, la note sera fermée. Les informations apparaîtront sur le site web quelque temps après.
0 votes
correction suite à mon premier courriel

Extrait d'un Ce texte provient d'une dépliant historique de la ville de Beauport intitulé HISTOIRE DE RACONTER   (Les premières familles de la paroisse de Beauport) qu'on trouve facilement sue internet sous forme PDF.

Elle aurait raconté. . .

Des épousailles à 12 ans! Le 25 juillet 1634, j’épousais Noël Langlois, originaire du même petit village que moi, Saint-Léonard-des-Parcs, situé non loin de Mortagne au Perche. C’était le quatrième mariage d’un couple français au Canada et le premier que l’on célébrait depuis que la Nouvelle-France avait été rendue à notre pays natal en 1632. Ma mère, Michelle-Mabille, accompagnait mon beau-père, Guillaume Pelletier, venu s’établir à Beauport avec son fils Jean en 1641. À 19 ans, mon demi-frère délaissait la terre familiale pour suivre les Jésuites à Sainte-Marie-des-Hurons. En 1647, on publiait les bans pour le mariage de ma fille, Anne Langlois, avec mon demi-frère, Jean Pelletier. Il a fallu retarder les épousailles pour que notre enfant atteigne l’âge de 12 ans et obtenir une dispense en raison de leur lien de parenté. Ils se sont enfin mariés le 9 décembre 1649, puis se sont installés sur la terre des Pelletier jusqu’au décès de ma mère, en 1665.

 Françoise Garnier, épouse de Noël Langlois.

Fin de l'extrait.

Le nom de la mère de Françoise (Michelle Mabille) y apparait mais pas celui de son père. J'ai mentionné dans le courriel précédent qu'il s'appelait Guillaume Grenier/Garnier mais c'est peut-être François,,, petit doute.

Claude Pelletier
fermée avec la mention Les informations de cette note ont été entrées dans la base de données
par
fermés par

Supportez ce site, faites un don !

© 2018. François Marchi. Tous droits réservés.

...